CCIJF – 在仏日本商工会議所

Télécommunications, TIC, énergie : ISHIKAWA Jun / TOKYO GAS

Perspectives du secteur de l’énergie

Un coup d’accélérateur a été donné en 2021 au Pacte Vert pour l’Europe, une initiative proposée par la Commission Européenne en décembre 2019. Parallèlement, les divergences d’opinion des pays européens sont clairement apparues cette même année.

Suite à l’adoption le 29 juin 2021 de la Loi européenne sur le climat par le Parlement Européen, un paquet de propositions sur le climat nommé « Fit for 55 » a été annoncé le 14 juillet. Il constitue une feuille de route exhaustive pour le Pacte Vert pour l’Europe, avec comme objectif la réduction d’au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport aux niveaux de 1990. Le 15 décembre, d’autres mesures ont été annoncées qui viennent compléter ce paquet, notamment la directive européenne relative au cadre commun pour le marché européen du gaz renouvelable, du gaz naturel et de l’hydrogène.

Par ailleurs, une déclaration sur l’énergie a été faite à la COP 26 et le lancement de coalitions y a été annoncé. En réaction, les pays de l’UE ont chacun adopté une posture différente.

Sur le sujet du nucléaire, le Président Macron a de fait changé son orientation initiale, qui était de réduire la dépendance envers le nucléaire, en annonçant le 9 novembre la relance des constructions de réacteurs nucléaires sur le territoire français. Mais en Allemagne, il ne reste plus qu’un an avant l’échéance de sortie complète du nucléaire décidée en 2011 par le gouvernement Merkel, à savoir fin 2022, et le nouveau gouvernement a déclaré vouloir poursuivre cette politique.

La présidence de l’Union Européenne revient à la France pour 6 mois à partir de janvier 2022 et ses orientations seront suivies de près.

2021 a également connu une forte hausse des prix de l’énergie. De telles fluctuations de prix sont généralement saisonnières et limitées géographiquement. Or à partir du 3ème trimestre 2021, les prix de l’énergie ont fait un bond et au 4ème trimestre, les prix spot du gaz naturel ont été multipliés par plus de 4 en Europe et en Asie, atteignant un niveau record. La durée de cette brusque hausse des prix et sa portée mondiale sont inédites. Son impact se faisant ressentir jusque sur les marchés du charbon et du brut, les prix de l’énergie sont à leur niveau le plus élevé depuis 2001 (d’après un compte-rendu du FMI).    

Voyons maintenant l’année 2022. La Banque Mondiale publie une fois par semestre ses prévisions sur le marché des produits primaires. L’édition d’octobre 2021 tablait sur « une hausse en 2021 de 80% en moyenne des prix de l’énergie par rapport à l’année précédente, un niveau élevé qui devrait se maintenir en 2022, mais une baisse devrait s’esquisser au second semestre 2022 avec la dissipation des inquiétudes pesant sur l’offre ». « (Concernant les prix du gaz naturel et du charbon) la demande devrait refluer et l’offre augmenter en 2022, faisant chuter les prix. Par contre, les niveaux des stocks étant extrêmement bas et les restrictions de l’approvisionnement persistant, d’autres brusques hausses de prix sont possibles à court terme ».  

En réaction à cette hausse des prix, l’Agence des régulateurs de l’énergie européenne devrait remettre en avril 2022 à la Commission Européenne ses propositions sur l’amélioration du marché de l’électricité.

Au Japon, le 6ème plan de base pour l’énergie a été adopté en conseil des ministres le 22 octobre dernier.

Ce plan de base repose plus que jamais sur le principe de la sûreté et sa première priorité est la sécurité énergétique. Il vise en même temps à une meilleure efficacité économique avec un approvisionnement énergétique à faible coût et à la protection de l’environnement (stratégie « S+3E »:sûreté + sécurité énergétique, efficacité économique, environnement). Le nouveau plan de base établit par ailleurs les deux points suivants comme thématiques d’importance : ① ouvrir la voie aux politiques énergétiques permettant d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, déclarée en octobre 2020, ainsi que les nouveaux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre annoncés en avril dernier et ② en faisant avancer la lutte contre le changement climatique, agir en faveur de la sécurité énergétique et d’une énergie à faible coût avec comme principe directeur la garantie de la sûreté, afin de surmonter les problématiques structurelles de l’offre et de la demande d’énergie au Japon.

Enfin, une nouvelle stratégie pour l’énergie verte est prévue aux alentours de juin 2022. Cette nouvelle stratégie vise, à l’instar du plan de base pour l’énergie et la stratégie de croissance verte adoptée en décembre 2020, à atteindre la neutralité carbone en 2050 et à réduire de 46% les émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 2013, tout en garantissant un approvisionnement énergétique futur stable et de coût modéré, le tout associé à une plus forte croissance économique.