CCIJF – 在仏日本商工会議所

Tourisme, transports et loisirs : NISHIZAWA Hiroaki / Japan Airlines

Je vous présente mes meilleurs vœux pour l’année 2022.

L’année 2021 a malheureusement continué à être soumise aux péripéties du Covid-19, dont l’impact sur le secteur du tourisme, des transports et des loisirs a été considérable.

D’après l’Association du Transport Aérien International (ci-après, IATA), le trafic passager mondial (en kilomètres-passagers) a reculé de 57% en 2020 et de 50% en 2021 par rapport à son record historique de 2019, et le pire ne semble pas encore être derrière nous (la demande mondiale en fret aérien a également reculé de 33% en 2020 et pour 2021 une baisse de 13 % par rapport à 2019 est prévue). Concernant le nombre d’entrées et de sorties du territoire japonais, la circulation des voyageurs entre le Japon et l’étranger est quasiment à l’arrêt pour la deuxième année consécutive et la situation est extrêmement difficile : à la date de novembre, 460 000 Japonais ont voyagé à l’étranger soit un recul de 97,5% par rapport à 2019 où ils étaient au nombre de 18,36 millions sur la même période, et les visiteurs étrangers au Japon sont en baisse de 99, 2% soit 230 000 voyageurs contre 29,35 millions en 2019 sur la même période (statistiques JNTO).

Pour ce qui est des limitations à l’entrée sur le territoire ainsi que les restrictions de déplacements une fois sur le territoire, quelques assouplissements ont été constatés suite notamment à la généralisation de la vaccination ; néanmoins, l’apparition d’un nouveau variant du virus du Covid-19 (Omicron) a entraîné le retour des mesures renforcées de restrictions d’entrée sur le territoire japonais. Il importe à l’avenir de prêter une attention particulière aux tendances du marché, en suivant l’évolution des restrictions à l’entrée et à la sortie du territoire ainsi qu’à l’évolution de l’épidémie dans chaque pays.

D’après l’IATA, la circulation des personnes en 2022 restera limitée et les kilomètres-passagers par région devraient connaître par rapport à 2019 un recul de l’ordre de 34% pour l’UE, 15% pour l’Amérique du Nord et 40% pour la région Asie-Pacifique, et le trafic passager mondial ne devrait pas connaître de retour aux niveaux de 2019 avant 2024, en résumé des prédictions extrêmement sévères (en particulier pour l’Asie-Pacifique). Dans notre secteur, la déception est d’autant plus écrasante que l’espoir d’une vague d’enthousiasme était fort à l’origine, avec l’intensification des lignes internationales à l’aéroport d’Haneda dans le cadre de l’augmentation du nombre de créneaux d’atterrissage et de décollage dans la zone de la capitale, lancée en avril 2020, et les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo qui auraient dû permettre de réaliser l’objectif de 40 millions de visiteurs au Japon.

Tel est le contexte dans lequel démarre l’année 2022. Au Japon, le trafic des vacances de fin d’année montre une tendance à la reprise (70 à 80% par rapport à 2019), et pour ce qui est de la réouverture à la circulation des passagers internationaux, on peut espérer que l’introduction rapide d’une attestation vaccinale, comme les pays occidentaux l’ont déjà fait en vue de maîtriser l’épidémie de Covid-19, constituera un élément clé.

Si l’on regarde un peu plus loin dans le temps, plusieurs opportunités idéales de revitaliser et développer considérablement les échanges nippo-français vont se succéder : tout d’abord la Coupe du monde de rugby en 2023 (en France du 8 septembre au 28 octobre 2023), puis les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024 (du 26 juillet au 11 août et du 28 août au 8 septembre 2024), et enfin l’Exposition Universelle au Japon en 2025 (Exposition Universelle Osaka-Kansai du 13 avril au 13 octobre 2025). Notre secteur devra prendre les mesures nécessaires afin que 2022 soit un tremplin vers ces évènements, avec en ligne de mire la coexistence avec le coronavirus et l’après-coronavirus.

Côté logistique, la demande a repris progressivement à partir de 2020, mais elle est actuellement de l’ordre de 90% de son niveau de 2019 et la crise du Covid qui s’éternise continue à peser sur les échanges commerciaux dans leur ensemble. Du côté de l’offre, le transport maritime plafonne et le transport aérien n’a pas encore de prévisions concernant le retour aux niveaux de 2019. Par ailleurs, les compagnies maritimes et aériennes montrent des velléités de diminuer leur offre et de la réorienter vers le continent américain, où la demande est plus forte. C’est un élément d’incertitude qui pèse sur la reprise du commerce entre le Japon et la France et en Europe et qu’il faudra surveiller. La situation devrait donc dans l’ensemble rester tendue en 2022. En outre, le secteur de la logistique a vu apparaître en 2021 des évolutions telles que l’augmentation du transport ferroviaire transcontinental, la tendance des fabricants de remplacer leurs fournisseurs asiatiques par ceux plus proches de pays d’Europe de l’Est, en d’autres termes un coup d’accélérateur à l’établissement de circuits courts. À l’origine, ces tendances étaient une réaction aux retards que connaissaient les transports maritimes et aériens et à l’augmentation des coûts de ces derniers, mais les ODD devraient également contribuer à l’accélération de ces évolutions en 2022. Dans cet environnement manquant de visibilité, notamment avec l’apparition du variant Omicron, le secteur de la logistique devra lui aussi se diversifier.

Nous venons de le voir, les difficultés devraient perdurer en 2022 pour notre secteur en raison de la situation épidémique et de l’impact des mesures de restrictions aux frontières. Mais il sera déterminant d’être proactifs et traiter le « nouveau normal » de la cohabitation avec le coronavirus et de l’après-coronavirus comme un évènement qui va rebattre les cartes, de dynamiser nos initiatives en faveur de la réalisation des ODD et de de construire un nouveau business model.

En conclusion, permettez-moi de vous présenter mes meilleurs vœux de santé, et de souhaiter que 2022 vous soit bénéfique et qu’elle voie une issue rapide à la crise du coronavirus ainsi que le retour de la paix et de la sécurité dans le monde.

Je vous remercie à l’avance pour votre confiance renouvelée.