CCIJF – 在仏日本商工会議所

Banque, sociétés de Bourse, assurance : SAKAMOTO Koji / Tokio Marine HCC

L’assurance dommages en 2022 Le « durcissement » perdure, mais la hausse devrait connaître un certain ralentissement.

Le durcissement de l’assurance dommages

•   Le marché de l’assurance dommages connaît une hausse des primes d’assurance en phase de moindre rentabilité, et une baisse en phase d’amélioration. Cette phase de hausse s’appelle durcissement, tandis qu’on parle d’assouplissement pour la phase de baisse.

•   Le marché a connu jusqu’en 2017 une phase de léger assouplissement, mais en 2018, il est passé en phase de durcissement, phase qui a perduré entre 2019 et 2021 où on peut même parler de fortes hausses / super-durcissement.

•   La tendance décrite ci-dessus s’est étendue de manière quasi similaire aux secteurs de l’assurance des biens (incendie), assurance responsabilité civile, assurance des marchandises et assurance spécialisée comme celle des risques cyber.

Les causes de ce durcissement récent

•  La baisse de la rentabilité est due à des causes qui diffèrent en fonction du type d’assurance. Par exemple, les facteurs ci-dessous ont contribué à la baisse de la rentabilité / au durcissement de l’assurance des biens :
① une succession de catastrophes naturelles de grande ampleur dues au réchauffement climatique
② une multiplication des carences de fournisseurs (CBI:Contingent Business Interruption)
③ l’inflation mondiale
④ l’incertitude due au Covid

•  L’assurance du point ②, les carences de fournisseurs, couvre les pertes d’exploitation subies par une entreprise dont les usines devraient interrompre leurs opérations en raison d’une rupture de l’approvisionnement en composants due à un sinistre dans l’usine d’un fournisseur. Pendant un temps, les fabricants automobiles occidentaux en particulier ont subi à plusieurs reprises des pertes énormes en raison des carences de fournisseurs, ce qui a été un facteur majeur de la dégradation de la rentabilité du marché. En outre, les arrêts d’exploitation entraînés par la pénurie de semi-conducteurs, considérables cette année, n’étaient dus ni à des sinistres ni à des catastrophes naturelles, et ne relevaient donc pas de ces garanties.

•   L’assurance est un mécanisme dont l’équilibre de la rentabilité repose sur un modèle probabiliste. Or, concernant les risques des points ① et ② ci-dessus, des accidents d’une ampleur inédite se sont récemment produits de manière simultanée et intermittente. Le modèle probabiliste conventionnel n’est plus valide et ce problème est le facteur le plus important contribuant au durcissement.

Impact sur les assurés et les compagnies d’assurance

•   La tendance au durcissement apparaît de manière très notable sur le marché de la réassurance (assurance contractée par les compagnies d’assurance). Elle implique une hausse du coût de revient de l’assurance et conduit à la hausse des primes à la souscription des contrats d’assurance par le client.

•   La fréquence des dommages de grande ampleur évoquée ci-dessus aux points ① et ② porte atteinte aux fonds de compensation sur l’ensemble du marché de l’assurance, en d’autres termes, amoindrit leur robustesse. Dans ce contexte, il est à craindre que d’autres dommages de grande ampleur mettent ces fonds en faillite ; pour cette raison, l’indemnisation des risques pouvant potentiellement entraîner des dommages de large échelle peut se voir restreinte et le montant de l’indemnisation de chaque contrat peut être revu à la baisse.

Les perspectives pour 2022

•   Début 2021, la hausse des primes d’assurance, constante jusqu’alors, a commencé à montrer des signes de ralentissement. Cette tendance devrait perdurer en 2022 sans pour autant aller jusqu’à une tendance baissière des primes / à l’assouplissement du marché. Par ailleurs, ce ralentissement ne devrait pas concerner certains risques, notamment les risques cyber, avant un certain temps.

※Les tendances ci-dessus sont celles du marché dans son ensemble. Merci de garder à l’esprit que les primes souscrites individuellement peuvent différer de ce qui est mentionné ci-dessus, notamment avec l’ajout du taux de sinistralité à chaque contrat.

SAKAMOTO Koji, Tokio Marine HCC